Avez-vous besoin d'une aide urgente?

Sur cette page, vous trouverez des informations utiles pour nous contacter en urgence et d'autres informations sur la façon de vous préparer.

Vous êtes victime de violence conjugal

Email: contact@womenslisboa.com

Prise de contact pour le courrier dans un premier temps. Vous pouvez maintenant télécharger votre numéro de téléphone et votre nom complet et le lieu de résidence.

  • Si c’est pour quelqu’un d’autre, la démarche est également possible.
  • Prise en charge dans la journée pour prendre RDV des que possible.
  • Nous parlons Portugais, Français, Anglais.
  • L’association Œuvre des Femmes sur tout le territoire portugais.
  • Appairer le téléphone sur rdv ou au bureau sur rdv 7/7 jours.
  • Accompagnement Plainte, traduction et interprète.
  • Partenariat avec d’autres entités, associations, avocats, assistance sociale et professionnels de santé.

Bien que la violence conjugale touche majoritairement les femmes, elle peut aussi toucher les hommes et les personnes issues de la diversité sexuelle et de genre. L’association WLPT aide toutes les personnes touchées par la problématique.

Préparer le départ : En une seule étape.

Quitter une relation de violence conjugale implique de nombreuses démarches. Si vous pensez à une séparation c’est probablement parce que vous sentez que votre sécurité physique ou psychologique (ou celle de vos enfants) est en jeu. C’est une décision difficile et vous faites bien de chercher de l’information.

La sécurité avant tout

Rien n’est plus important que votre sécurité immédiate et celle de vos enfants. Le moment d’un départ peut être particulièrement sensible à ce niveau car le partenaire violent sent qu'il perd son emprise, et qu'il risque d'augmenter l'intensité de sa violence pour la regagner.

Préparer son départ

Si vous en avez l’occasion, il peut être utile de planifier votre départ avec de l'aide. C'est une réflexion difficile et avoir recours à une intervenante pourrait vous faciliter le chemin.

Partir avec ses enfants

Il est recommandé d’amener ses enfants avec soi lorsqu’on quitte une relation comportant de la violence conjugale. Il est important de savoir que le fait de ne pas amener les enfants avec soi au départ pourrait avoir des répercussions plus tard.

Aide Mémoire - Préparer vos effets personnels et ceux de vos enfants.

  • Certificat de baptême ou de naissance
  • Carte d’assurance maladie
  • Permis de conduire
  • Carte d’assurance sociale
  • Passeport
  • Contrat de mariage
  • Contrats liés à la vie commune
  • Jugements de divorce, de séparation ou autres
  • Rapports de médiation familiale
  • Nom et coordonnées des avocats, notaires, médiateurs, etc.
  • Preuves (photographies ou autres) d’événements de violence
  • Numéro d’événement (policier) / nom de l’enquêteur au dossier
  • Ordonnances de protection ou autres
  • Argent liquide
  • Cartes de crédit et de débit (comptes à votre nom et comptes conjoints)
  • Dernier relevé bancaire
  • Dernier avis impôts
  • Dernière facture des comptes principaux (électricité, câble, internet, téléphonie, etc.)
  • Documents liés à la résidence (contrat d’achat, hypothèque, bail, scolaires, etc.)
  • Documents liés à la voiture (contrat d’achat, prêt, bail, preuve d’assurance, immatriculation, etc.)
  • Documents liés à l’école, à l’emploi ou à l’aide sociale
  • Contrats d’assurance (auto, maison, vie, etc.)
  • Accès aux comptes sur internet et mots de passe
  • Testaments
  • Preuve de résidence permanente
  • Preuve de statut de réfugié
  • Preuve de citoyenneté (ou autre)
  • Visas
  • Permis de travail
  • Documents relatifs à une demande d’immigration en cours
  • Noms et coordonnées de votre représentant légal ou de votre agent d’immigration
  • Carnet de santé ou de vaccination
  • Médicaments et prescriptions
  • Attelles, orthèses, appareils dentaires
  • Coordonnées des professionnel-les à votre dossier ( travail social, psychologie, médecine générale et le dentiste, pharmacie…)
  • Doudou, toutou, poupée ou jeu préféré
  • pantoufles, vêtements préférés et de sport
  • Jeu vidéo portatif
  • Matériel scolaire et le cartable
  • Nom et coordonnées des enseignant-es et de l’école
  • Dernier bulletin scolaire
  • Carnet d’adresses
  • Clés (voiture, maison, casier postal, etc.)
  • Photographies du contenu et de l’état de la maison au moment du départ
  • Bijoux et petits objets de valeurs
  • Objets importants et irremplaçables (souvenirs, etc.)

Violence dans les relations intimes, violence dans les relations amoureuses…

Quand un partenaire utilise des comportements violents de toutes sortes pour contrôler comment les choses se passent dans la famille et dans la vie en général, on parle de violence conjugale. Cette violence sert à installer un rapport de pouvoir dans la relation et prend des visages multiples qui sont souvent difficiles à identifier, puisqu’ils se camouflent dans le décor de la relation amoureuse.

Cette violence peut se produire dans toutes les formes de relations entre partenaires intimes (relation amoureuse, couple marié ou en union de fait, relation extra-conjugale, etc.), peu importe l’orientation sexuelle et l’âge des partenaires. Elle peut affecter les femmes et les hommes, mais les femmes demeurent encore les plus touchées par cette forme particulière de violence interpersonnelle.

La violence conjugale comprend les agressions psychologiques, verbales, physiques et sexuelles ainsi que les actes de domination sur le plan économique.

Elle ne résulte pas d’une perte de contrôle, mais constitue, au contraire, un moyen choisi pour dominer l’autre personne et affirmer son pouvoir sur elle. Elle peut être vécue dans une relation maritale, extra-maritale ou amoureuse, à tous les âges de la vie et n’importe quelle classe sociale.

ASSOCIATION WOMENS’ WLPT – RAPPEL – Les comportements violents

Les comportements violents ont pour objectif de prendre le dessus et de contraindre l’autre personne à quelque chose. Ils peuvent être de nature non-physique ( crier, insulter, dévaloriser, culpabiliser, dénigrer, humilier, interdire, obliger, ridiculiser, blâmer, menacer la partenaire, l’empêcher de voir sa famille ou ses ami-es, briser des objets, …) ou de nature physique (frapper, bousculer, pincer, retenir, cracher, frapper avec un objet, agresser sexuellement, …).

La violence peut également se faire via les enfants, les proches ou les animaux (mentir aux proches, manipuler les enfants, se venger sur un animal de compagnie, etc.); elle peut aussi être de nature économique (critiquer la gestion financière, créer des dettes au nom de la victime, voler de l’argent, manipuler l’information relative aux finances, limiter l’accès aux ressources financières, empêcher de travailler ou d’étudier, ….)

Elle peut aussi être spirituelle et identitaire (ridiculiser les croyances spirituelles, forcer ou empêcher la pratique d’une religion, se servir de la religion pour justifier sa violence, s’attaquer aux valeurs profondes ou aux aspirations, etc.) ou judiciaire (porter plainte contre la victime, mentir aux intervenant-es socio-judiciaires, ne pas respecter les jugements et ordonnances de la Cour …).

Les formes de violence conjugale sont criminelles (toutes les formes de violence physique, les agressions sexuelles physiques, les menaces de mort ou de blessures, la séquestration, le harcèlement, les tentatives de meurtre, les meurtres, …)

Rapport de domination et de pouvoir
Dans une dynamique de violence conjugale, les comportements violents sont utilisés par un partenaire qui veut installer un rapport de pouvoir dans la relation, contrôler comment les choses se passent et mettre ses besoins au centre des préoccupations de la famille.

Concrètement, cela signifie qu’une personne s’autorise à avoir des comportements de contrainte, dans le but d’imposer sa volonté à l’autre. Par exemple, imposer son opinion sur un sujet, obliger à faire ou à ne pas faire quelque chose, l’empêcher de sortir, contrôler son argent ou avoir le dernier mot lors d’un conflit. Essentiellement, l’agresseur enlève à la victime son droit de décider pour elle-même-

Translate